Université populaire de Marseille

Les Universités Populaires ont été créées à la fin du XIXe siècle par les organisations de travailleurs, afin de répondre à l'immense désir des prolétaires d'accéder au savoir et à l'émancipation qu'il procure. Le principe en a été ravivé en 2002 par Michel Onfray qui propose à Caen plusieurs cycles de cours sur des matières diverses, en annonçant : « L'Université Populaire retient de l'Université traditionnelle la qualité des informations transmises, le principe du cycle qui permet d'envisager une progression personnelle, la nécessité d'un contenu transmis en amont de tout débat. Elle garde du café philosophique l'ouverture à tous les publics, l'usage critique des savoirs, l'interactivité et la pratique du dialogue comme moyen d'accéder au contenu. »

Un usage critique des savoirs ne signifie pas qu'il faut se limiter à apporter des outils pour mieux affronter la réalité politique et sociale, même s'il faut le faire aussi ; car le savoir est émancipateur non seulement de manière utilitaire, en ce qu'il donne accès à des professions plus valorisantes ou permet de mieux se défendre, mais aussi parce qu'il ouvre des horizons d'expérience humaine au-delà des préoccupations quotidiennes et immédiates.

Conformément à ces principes, les cours sont ouverts à tous et gratuits, sans inscription ; chaque séance comporte un exposé d'un peu plus d'une heure, le reste étant consacré à la discussion, à l'échange d'idées ou aux extensions souhaitées par le public.

L'université n'est rien de plus que ses cours et les liens qui s'y tissent : pas de gestion centrale, pas d'autre responsable que chaque intervenant pour le cycle qu'il propose.

Depuis ses premiers pas au printemps 2013, elle est hébergée solidairement par le Théâtre Toursky grâce au soutien de l'Association des Amis de Richard Martin, dont elle bénéficie du réseau de diffusion.

Les cours se donnent le mercredi de 19 à 21 heures, au Théâtre Toursky, 16, Promenade Léo Ferré, 13003 Marseille (métro National).


Ateliers de lecture de textes philosophiques

Après Nietzsche, Platon, Aristote, Bakounine, Parménide et Hegel, nous lirons à partir de septembre 2017 les fragments d'Héraclite. Tout le monde est bienvenu, il n'y a pas de prérequis ni d'inscription préalable.

Ça se passe à Mille Babords (61 rue Consolat, 13001 Marseille), à partir du 29 septembre.

Pour tout renseignement, contacter Annick.Stevens@numericable.fr.


Cycles 2017-2018

Philosophie

Liberté et déterminisme
par Annick Stevens

Le débat qui oppose la liberté des actions et le déterminisme est aussi ancien que les premiers pas de la philosophie. Selon le déterminisme, toutes nos actions sont produites par des enchaînements de causes à effets suivant une nécessité aussi inéluctable que celle des phénomènes physiques ou biologiques, et l’impression que nous avons de choisir entre plusieurs possibles est une illusion. Selon la thèse de la liberté, malgré toutes les influences et les contraintes de nature biologique ou sociale, nous sommes des êtres capables de décider de manière indépendante, imprévisible et volontaire entre des possibles réellement ouverts. La question débouche sur celles de savoir si nous avons au moins une part de responsabilité dans la formation de notre personnalité, et si nous pouvons nous affranchir des conditionnements du passé pour créer un futur qui n’en résulte pas mécaniquement.

Au cours de l’histoire de la philosophie, les deux positions ont été déclinées de multiples façons et ont reçu des justifications très différentes. Nous allons parcourir les principales parmi ces positions, en les mettant à l’épreuve pour essayer d’avancer vers la conception qui nous paraît la plus vraisemblable.

Les mercredis 7, 14, 21, 28 février et 7, 14, 21, 28 mars, de 20 h. à 22 h., dans la petite salle du Théâtre Toursky.

Histoire

Les paysans en France : résistances, luttes et conscience sociale du Xe au XIXe siècle
par Christine Excoffier

Les paysans ne sont longtemps apparus qu'au moment de leurs révoltes - ce qui pourrait laisser croire que leur quotidien n'est que conflictuel - dans les archives judiciaires, policières, dans les rapports des officiers royaux, avant qu'ils ne prennent eux-mêmes la parole, lors de la rédaction des cahiers de doléances.

Appréhender les paysans par leurs révoltes, c'est s'interroger sur le sens de leur mobilisation et de sa cohérence. Celles-ci s'inscrivent, entre autres, dans la résistance au long processus de remise en cause théorique et pratique des droits collectifs et plus généralement des communs, et à travers eux des communautés paysannes ; processus par lequel s'est finalement imposée une conception exclusive et absolue de la propriété.

Appréhender les paysans par leurs révoltes, c'est aussi s'interroger sur leur politisation, qui ne saurait donc se résumer à une inévitable intégration à l'espace politique national dans le cadre de la démocratie libérale et d'un système représentatif. Cette étude sur les paysans s'arrête au XIXe siècle, dans la France de la troisième République, période où les paysans constituent toujours la majorité de la population française : moment paradoxal, à la fois apogée de la France rurale -"la République en sabots"- et prélude à la "fin des paysans" et à "la fin des terroirs", à la transformation du paysan en agriculteur.

Octobre-Novembre 2017

Cycles précédents

Philosophie

par Annick Stevens

Hannah Arendt et la condition humaine Printemps 2017.
Aristote, un fondateur méconnu Septembre-novembre 2016
L'autonomie sociale et individuelle d'après Castoriadis
(à l'Université Populaire du Pays d'Aubagne et de l'Etoile)
Mars 2016
Les philosophes des Lumières, à la recherche d'un fondement naturel des institutions humaines Septembre - Novembre 2015
Vérité ontologique et valeur morale chez Platon Avril - Mai 2015
L'existentialisme de Sartre, entre dialectique et phénoménologie Novembre 2014 - Janvier 2015
Les premières philosophies en Grèce Mars - Mai 2014
La philosophie de Nietzsche Octobre - Décembre 2013
L'individu et la société. Aliénation et autonomie selon Castoriadis Février - Avril 2013

Histoire

L'actualité de la révolution de 1848
par Christine Excoffier et Chantal Allier
Septembre - Novembre 2014
De février 1848 à la Commune de Paris : les aléas de l'émancipation
par Christine Excoffier
Décembre 2015 - janvier 2016

Littérature

Le mouvement romantique français en littérature : ses sources européennes, sa construction, son évolution, ses grands thèmes, et en quoi il participe, à son niveau, de l’esprit de février 1848
par Chantal Allier
Janvier-février 2017

Musicologie

Histoire du jazz
par Marc Hérouet
Octobre 2015

Biologie

Théories génétiques du comportement et de la personnalité: méthodes, découvertes et limites
par Jacques van Helden
Mars-Avril 2016

Pour signaler un problème technique, cliquez ici.